04 74 65 85 41

Chers portés,

Dans vos activités entrepreneuriales, vous croisez peut-être des personnes que votre parcours inspire ? On vous a déjà demandé le secret de votre réussite ? Or, comme vous êtes concentré sur votre démarche commerciale, vous n’avez pas le temps de prendre en charge le rôle « d’évangélisateur entrepreneurial». Nous vous proposons donc sept points de questionnement à soumettre à un entrepreneur en herbe.

  1. L’apprenti entrepreneur est-il prêt à manger des pommes de terre pendant 6 à 18 mois ? Derrière cette boutade culinaire se cache une réalité : cette durée représente le temps minimum nécessaire à la réflexion et au montage d’un projet. En clair, l’apprenti est-il prêt à renoncer au confort d’une paie mensuelle ou d’un job salarié pour « vivre son rêve d’indépendance» ?
  2. Est-il du genre à prendre des décisions rapidement ? Certes, il faut mûrir un positionnement, mais une fois le moment crucial venu – quand il se retrouve face au client – sera t-il capable de délivrer son discours commercial sans se décomposer ?
  3. Dispose t-il d’une base financière saine ? S’il vient de demander un emprunt pour acheter une maison, est-il capable de gérer des flux financiers parfois aléatoires, surtout vis-à-vis d’une banque qui ne fera pas de sentiment ?
  1. Est-il perfectionniste ? Du genre à passer plus de temps que raisonnable au business plan – indispensable, nous sommes d’accord - et pas assez à aller chercher le client ? Plus prosaïquement, est-il prêt à se lancer dans le grand bain et à faire confiance à son instinct ?
  2. Est-il en quête du graal, du produit ou du service auquel personne n’a pensé ? Si l’intention est louable, sa recherche a toutes les chances d’être chronophage. Il sera peut-être bon de lui rappeler que certaines grandes inventions sont nées par accident, du téléphone au nylon, en passant par le caoutchouc vulcanisé.
  3. Pour être un entrepreneur heureux, préfère-t-il vivre caché ? Or, pour développer un projet, vous savez bien qu’il faut partager ses réflexions, les soumettre au regard et aux critiques bienveillantes du monde extérieur afin de s’enrichir de visions externes.
  4. Enfin, son emploi du temps est-il réglé comme du papier à musique ? A t-il des petites habitudes qu’il ne veut jamais changer ? La vie d’entrepreneur – au moins au début –étant parsemée d’imprévus, il devra développer un grand sens de l’adaptation !

Vous voilà prêt à former de futurs collègues entrepreneurs !

Portez-vous bien et à très bientôt !

L’équipe de TIPI Portage

 

Partager cet article

Partager sur Facebook   Partager sur Linkedin   Partager sur Viadeo   Partager sur Google+



Et portez-vous bien !