04 74 65 85 41

Entreprendre sans argent, c’est possible !


Chers portés,

Si vous débutez votre démarche entrepreneuriale en indépendants, ou si vous êtes encore en phase de questionnement, sachez qu’il est parfaitement possible lancer votre activité à moindre frais. Par contre, vous devez partir dans cette belle aventure avec trois atouts majeurs : de l’ambition pour votre projet, de l’audace et – surtout – un sens des affaires affuté. De nombreux entrepreneurs Français désormais reconnus sur le territoire et internationalement ont commencé avec très peu de moyens. Voici quatre démarches très différentes avec des exemples de réussites significatifs.

  • Ciblez un marché captif mais hyper réceptif. Ce fut le cas de l’horloger Jean-Pierre Lutgen et de sa société « Ice Watch ». Il a lancé des modèles de montres « flashy » qui ont tout de suite plu aux jeunes, un public avec un certain pouvoir d’achat. Comme Lutgen l’a expliqué « Je ne veux pas faire du Zola, mais j'ai démarré avec zéro de trésorerie ».
  • Ciblez un marché à forte valeur ajoutée. Au hasard, le luxe. Figurez-vous que François Pinault – oui, l'actionnaire majoritaire à la tête du groupe PPR – a débuté en reprenant la petite scierie familiale ! Comme quoi, le mot « Impossible » ne faisait pas partie de son vocabulaire !
   

 

  • Répondez à un vide sur un marché régional. Deux exemples dans le domaine des boissons : Armelle et Dominique Sialelli - des amateurs de bière corses – on inventé « la Pietra », qui est devenu un vrai symbole dans l’île de beauté. Saviez-vous aussi qu’il existe depuis 2009 un « Auvergnat Cola » ? Empruntant le chemin des Bretons (et de leur « Breizh Cola »), le limonadier Philippe Audebert produit plus de 1 million de litres du côté de Bort-les-Orgues. Pas de quoi faire trembler la bouteille rouge américaine, mais une belle « success story » et l’invention d’un personnage emblématique et sympathique pour promouvoir cette boisson pétillante : le moustachu « Gaston ».
  •  Maîtrisez les outils de communication. Oui, il est possible de faire parler de soi avec un simple ordinateur. C’est ce qu’a du se dire le lyonnais Alexandre Dreyfus quand il a arrêté ses études à 18 ans pour monter "Webcity", le premier « city guide » français au tout début des années 2000. Autoproclamé « marketueur », il a depuis monté de nombreux projets notamment dans le domaine des jeux en ligne.

En résumé, l'argent n'est pas un frein mais un outil. La peur d'entreprendre est le seul « vrai » frein, dans la mesure où vous savez que vous répondez à un besoin réel et identifié !

Portez-vous bien et à très bientôt !

L’équipe de TIPI Portage

 

Partager cet article

Partager sur Facebook   Partager sur Linkedin   Partager sur Viadeo   Partager sur Google+



Et portez-vous bien !