04 74 65 85 41

Comment vivre un entrepreneuriat épanoui.


À l’occasion du Forum de l’entrepreneuriat qui s’est tenu à Lyon en novembre 2017, nous avons assisté à l’atelier proposé par Anne-Sophie Gonnet (CréactEvolution), dont le focus sur l’intelligence collective et le sens ont enthousiasmé les quelques 150 personnes présentes dans la salle Jacquard de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon. Le point de départ indispensable à toute démarche entrepreneuriale selon elle est le suivant : il faut bien se connaître et être clair sur ses intentions ! Si elle insiste sur l’impact de l’épanouissement sur son développement tant professionnel que personnel, elle ajoute qu’il n’existe pas de recette miracle pour « être bien ».

Tout d’abord, Anne-Sophie Gonnet estime que chacun a sa propre définition de la réussite ! Peut-être êtes-vous salarié, votre job ronronne, mais vous n’êtes pas heureux car en quête d’une nouvelle direction à donner à votre carrière ? Imaginons aussi que vous ayez passé la phase du bilan professionnel, que vous vous êtes décidé à monter votre activité. Que répondez-vous à un ancien collègue qui vous demande « Alors, ça marche ? ». Encore faut-il avoir le recul nécessaire afin de « pendre un rendez-vous avec soi-même » et questionner ses envies :

• Exercer une activité qui ait du sens
• Ne pas avoir forcément la volonté de changer le monde
• Ressentir le désir d’impacter positivement et créativement un processus ou un collectif
• Trouver le bon équilibre entre le « pro » et le « perso »
• Ne pas travailler à n’importe quel prix 

entrepreneuriat epanoui IMAGE

 
Vous pensez peut-être que le chiffre d’affaires n’est pas une finalité en soi, mais un résultat bienvenu ? En questionnant son voisin, on peut trouver de multiples sources d’inspiration et de réflexion ne serait-ce qu’en posant la simple question : « Qu’est-ce qui vous fait vous lever le matin ? ». C’est pour elle une bonne façon de recueillir les mots-clés d’une « bibliothèque de motivation » et trouver un fil directeur parmi l’envie, la connaissance, l’harmonie, les valeurs etc. Elle ajoute : « Ce que nous créons à l’extérieur dépend de notre état d’esprit intérieur ». Et tout cela impacte bien sûr notre offre, nos produits et nos clients ! Un exemple : un designer web a lâché un gros client pour travailler sur de plus petits projets, ce qui lui permettait de produire des applications plus spécifiques et personnalisées.

Gestion de pensées limitantes
Comment cultiver la confiance, maintenir l’équilibre tout en étant aligné avec les valeurs qui nous motivent même pendant les périodes de doute et de tumulte ? Anne-Sophie Gonnet invite les spectateurs à se focaliser sur leurs pensées et croyances limitantes - que n’avons-nous pas suffisamment exploité en nous ? – et de les lister noir sur blanc. Les peurs sont généralement basiques et correspondent à des manques (d’argent, d’expertise, de motivation…) qui nous empêchent d’agir. La toute première démarche de changement pour un entrepreneur commence par sa façon de transmettre sa carte de visite. Celle-ci doit véhiculer l’envie, on ne s’en « débarrasse » pas à la va-vite. Les Japonais l’ont bien compris et pour eux, la remise de la carte est un cérémonial digne de celui du remplissage de la tasse de thé.

Anne-Sophie Gonnet préconise de poser ses intentions et de les cultiver en créant de petites routines quotidiennes. Noter ses « petits victoires » de la journée, choisir ses moments de travail intensif (téléphone, production, visite, …) et de repos en écoutant son corps et son état d’esprit. Si notre corps pouvait parler, que dirait-il ? Quand on l’écoute, il nous « parle », en particulier quand on prend le temps de ralentir. « Nos intentions créent notre réalité » explique-t-elle. Cela aide aussi à comprendre l’univers de nos clients, et à accroître notre capacité à réaliser de « vraies » rencontres.

Être à l’écoute de son corps
Prendre soin de son corps et de son esprit est indispensable à l’entrepreneur. Ce dernier est un véritable équilibriste soumis à de multiples situations au quotidien : prospection, comptabilité, production, après-vente, etc. Il n’est pas à l’abris d’un pré-burnout, surtout si l’activité qu’il mène est sa passion. Anne-Sophie Gonnet invite l’assistance à faire un petit exercice simple : prendre 5 verres et les remplir objectivement en proportion de son investissement envers sa famille, ses amours, son niveau énergie, sa vie personnelle et sa vie professionnelle. On se rend compte qu’on néglige beaucoup de choses lorsqu’on reste focalisé sur l’action. Par conséquent la « vraie » question que l’entrepreneur devrait se poser est : « De quoi ai-je besoin pour éviter les « 3D » (dépôt de bilan, divorce, dépression) ? »

Garder de la place pour l’imprévu
Autres questions que l’entrepreneur peut se poser : de quoi ai-je besoin pour accroître ma confiance, ma créativité, ma sérénité ? Un constat simple : il est impossible de tout prévoir et il faut laisser de la place à l’imprévu et l’inattendu : « c’est magique car cela nous fait sortir de notre zone de confort et c’est précisément dans ces circonstances que l’on se révèle » selon Anne-Sophie Gonnet. Plutôt que de dire « C’est bien » ou « c’est mal » avant de lancer une action, si on se disait plutôt « Qu’est-ce que j’en retire, quel est l’impact pour moi, pour mes clients ? ».

En conclusion, Anne-Sophie Gonnet suggère de monter notre propre éco-système en nous entourant de personnes inspirantes et complémentaires. Cela permet de pendre sereinement la route vers le succès.

 

Partager cet article

Partager sur Facebook   Partager sur Linkedin   Partager sur Viadeo   Partager sur Google+



Et portez-vous bien !